Professionnels

À propos du CRD Le Virage

Mission

La mission du Centre de réadaptation en dépendance Le Virage est d’offrir des services d’adaptation, de réadaptation et d’intégration sociale et professionnelle aux personnes qui, dû à leur alcoolisme, à leur toxicomanie ou à d’autres types de dépendance (ex. : jeu pathologique) requièrent nos services. Le centre offre également des services d’accompagnement et de soutien à l’entourage de ces personnes. Les services sont offerts dans nos installations et dans d’autres milieux de vie.


Équipe de professionnels

L’équipe est composée de plus de 125 employés, dont des médecins, des infirmières, des intervenants psychosociaux (psychologues, travailleurs sociaux, psycho-éducateurs, criminologues et sexologues) et des éducateurs spécialisés.


Services gratuits et confidentiels

Le CRD Le Virage est un centre public de réadaptation financé par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. L’ensemble des services sont gratuits.

Tout résident de la Montérégie peut se prévaloir des services en toute confidentialité. Les huit points de service répartis dans la région permettent une accessibilité locale à la population montérégienne.


Notre histoire

Le Centre de réadaptation en dépendance Le Virage est un établissement public offrant des services aux personnes atteintes d’une dépendance.

C’est en 1984 que le Conseil régional de la santé et des services sociaux de l’époque prit la décision de doter la région d’un Centre de réadaptation en matière d’alcoolisme et autres toxicomanies. Le centre est d’abord né sous l’appellation du Centre de réadaptation Montérégie, pour devenir en 1995, Le Virage, réadaptation en alcoolisme et toxicomanie.

Soucieux de se rapprocher de la clientèle, le centre crée au fil des années des points de service à Sorel-Tracy, Salaberry-de-Valleyfield, Granby, Saint-Hyacinthe, Saint-Hubert, Longueuil, Candiac et à Saint-Jean-sur-Richelieu par intégration de la Source des Monts (organisme communautaire dans le domaine de l’alcoolisme et des autres toxicomanies).

Le centre est né d’un modeste budget d’environ 450 000 $ en 1986, ce qui se traduit par quelques intervenantes et intervenants à un budget de l’ordre de 8 millions de dollars en 2007 pour une centaine d’intervenantes et d’intervenants répartis entre les huit points de service et nos services résidentiels.

Mais notre histoire ne s’arrête pas là, elle s’écrit au fil des jours par les nouveaux projets de service que nous rêvons de mettre en place et par notre vision d’un centre de réadaptation en dépendance doté de tous les services externes et internes requis.


Notre conception de la toxicomanie

La toxicomanie est encore aujourd’hui l’un des principaux problèmes qui affecte la société québécoise, touchant des populations avec des profils et des besoins souvent distincts les uns par rapport aux autres. L’expérience clinique acquise et les résultats de recherche dans ce domaine démontrent que la toxicomanie est un phénomène complexe et multifactoriel. Les facteurs contribuant à son développement et à son maintien peuvent être d’ordre biologique (hypothèses génétiques et neurologiques), psychologique (maladies mentales antécédentes et structure de personnalité, hypothèses psychodynamiques, humanistes, systémiques, behaviorales et cognitives) et social (influence des facteurs culturels et éducationnels, des conditions sociales et économiques, du milieu de travail).

Nous adhérons à cette vision des choses. Nous croyons que l’être humain est, par définition, relationnel, c’est-à-dire inséré dans un système auquel il participe et qui ne cesse de l’influencer. Il assume des rôles, remplit des fonctions et compose avec des enjeux sur les plans personnel, familial, professionnel, social et culturel.

Pour certains individus, la toxicomanie peut apparaître comme une façon de s’adapter à ces enjeux ou difficultés. Nous considérons la toxicomanie comme une stratégie d’adaptation, un style de vie que la personne a développé afin de faire face à divers problèmes vécus.

Tout en tenant compte de cette définition globale, nous préférons considérer la toxicomanie telle qu’elle est vécue par chacun des toxicomanes et des membres de son entourage plutôt que comme phénomène absolu. C’est pourquoi, nous croyons qu’il s’avère très important de situer la surconsommation d’un individu en lien avec son environnement immédiat, puisque la toxicomanie a aussi des effets considérables sur les proches de la personne.

De ce point de vue, la toxicomanie devient alors un symptôme et nous devons nous préoccuper de la fonction de ce symptôme en relation avec le système dans lequel évolue cette personne pour qu’elle puisse, si elle le désire, retrouver un nouvel équilibre adaptatif.


Nos valeurs

Les principales valeurs qui nous guident sont le respect, l’intégrité, la coopération et l’engagement.

Le respect

Le respect est une valeur fondamentale dans les relations de toute organisation. Il peut se présenter sous différents aspects : que ce soit le respect de nos usagers qui se concrétise par l’écoute, l’empathie et nos croyances envers le potentiel de la personne; que ce soit le respect entre les membres du personnel, entre les membres du personnel et les cadres ou entre les cadres.

Le respect se concrétise souvent par l’écoute, l’authenticité, l’empathie de même que par la diplomatie et le tact dont nous faisons preuve. Le respect, c’est aussi la reconnaissance de la contribution de l’autre. Le respect, c’est aussi celui accordé à nos partenaires en respectant l’autre dans ses croyances et ses façons de faire.

L’intégrité

Pour nous, l’intégrité consiste à travailler dans un souci constant de transparence et d’honnêteté avec nos clients, nos collègues et nos partenaires. Au CRD Le Virage, l’intégrité est également synonyme d’honnêteté et elle est un préalable aux services, à la responsabilisation du personnel et à la gestion du centre. Une personne intègre agit avec transparence et elle participe pleinement à l’ensemble des activités reliées à la mission du centre.

La coopération

La coopération ne peut véritablement s’actualiser que si nous ressentons tous que l’on travaille à un but commun, que nous partageons les mêmes valeurs et que notre apport est significatif pour le CRD Le Virage. Que ce soit la coopération entre les membres du personnel pour le travail à effectuer ou pour l’entraide vis-à-vis d’un membre d’une équipe qui est plus en difficulté ou que ce soit la coopération reliée au transfert des connaissances entre membres du personnel.